Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Béatrice Darmagnac

Béatrice Darmagnac

Présentation des travaux plastiques et théoriques.


Jeu d'absence

Publié par Béatrice Darmagnac sur 11 Janvier 2014, 17:55pm

Catégories : #Préoccupations principales

Révéler une temporalité ambigüe.


1.42graines-Tarbes.jpg

  site X 2010. ©Béatrice Darmagnac.


jeu d'absence

©Béatrice Darmagnac.

 

Il s’agit de semer des graines pyrophytes dans des constructions. Geste simple.

Ces graines, comme leur nom l’indique, si elles ne rencontrent pas le feu, la thermie extrême ou des gaz acides issus de fumées, restent en dormance. C’est à dire qu’elles ne germeront pas.

Comme je m’inquiète des probables catastrophes inhérentes à l’activité humaine (industries, équipement militaire…) ou naturelles (séisme, volcanisme, ou exo-dangers comme les météorites…) je plante ces graines en prévision de La Catastrophe Radicale.

Je plante aujourd’hui un jardin invisible, et assurer ainsi, au minima, la beauté d’un jardin qui renaîtra de cendres.

 

 

Jeu d’absence est un travail que j’ai engagé sur le terrain depuis trois ans sur près de 100 sites, dont trois lieux expositions (ANPQ Foundation Péret 2010, « Jazz à Luz » Luz St Sauveur 2010, et « Dérapage Contrôlé » Tarbes 2011).

Il s’agit ici de changer de support, de médium, de donner à voir. J’utiliserai les codes de la communication graphique et des techniques de diffusion de l’information. Si le processus fonctionne, il devrait il y avoir propagation, expansion, du message avec son lot de modifications, de mensonges, de relance. Cela produira de l’image, du texte, de la parole. 

 DSCN3036.JPG

site X. 2010. ©Béatrice Darmagnac.

 

1.43graines-luz-cons.jpg

Site X. 2011. ©Béatrice Darmagnac.

Dépêche type AFP 

Vision noire ou utopie ?

 

Une pratique à la limite du terrorisme végétal et de l’utopie post apocalyptique a vu le jour ces dernières années. Selon plusieurs sources, un « jardinier du futur » s’emploierait depuis deux ans à semer des graines pyrophytes dans différents coins du monde.

 

Dans le climat actuel, balayé par l’inquiétude quant à la dégradation de notre environnement, marqué par la catastrophe de Fukushima et l’engouement étrange face à une probable fin du monde en décembre 2012, ce geste précurseur soulève un questionnement latent.

En effet, on peut s’inquiéter de la levée de dormance de ces graines : conditions extrêmes, acidités de fumées, scarification de la graine après explosion, température élevée…

Actuellement cachées et protégées dans des constructions ou des ruines, loin des conditions de germination, elles seraient donc vouées à éclore en cas de catastrophe ultime, qu’elle soit d’origine naturelle ou humaine.

 

Cet acte serait-il une possibilité de jardin, invisible à ce jour, destiné à offrir une chance aux générations survivantes - à condition qu’elles existent - ou plus simplement à reconduire la vie, sans l’Homme ?

Vision noire ou espoir, une initiative à suivre de près.

 

 

 

 
La rumeur est une notion qui m’intrigue, m’attire. Elle est omniprésente dans le contexte contemporain,
invitant les faits et les fabulations à se télescoper savoureusement, dramatiquement.
Car il s’opère un changement de regard.
Je vais instiguer la rumeur de la plantation d’un jardin invisible, à base de plantes pyrophytes ( plantes dont la dormance est levée uni-quement si les graines passent par le feu, les acidités de fumées, ou bien qu’elles soient scarifiées par des explosions.) , ne pouvant
fleurir alors, qu’après La catastrophe radicale.

Je plante ces graines qui ne pousseront jamais si l’homme, ou la nature, ne créent pas les conditions favorables à l’éclosion.

Une pièce a été offerte à Gilles Clément en 2011. Accueillie comme un travail de qualité, il me prévint de la possible qualification de
terroriste végétal dont on pourrait m’affubler. C’est une revendication à l’origine du travail.

Si le processus appelle à une propagation, expansion du message avec son lot de modifications, de mensonges, de relance.

Cela produira de l’image, du texte, de la parole que je collecterai et documenterai.

      40306_154235187923475_100000109849355_491308_6671602_n.jpg

  Site x 2010. ©Béatrice Darmagnac.


Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents